©2018 by L'Atelier des Lutins.

Le travail de ses mains

October 3, 2018

 

 

 

J'ai exercé plus d'un métier dans ma toute petite vie. J'ai été vendeuse dans un magasin de vêtement, dans un supermarché, chez une grande chaîne de libraire, j'ai été caissière, serveuse, femme de ménage, démarcheuse et institutrice maternelle... Mais aucun ne m'a procuré autant de plaisir que celui que j'exerce aujourd'hui, aucun d'entre eux ne m'a apporter cette paix et cette sérénité qui m'envahit à chaque fois que je façonne, que je brode, que je crée.

 

 

Petit zoom sur la broderie et le travail du bois. Deux travail si opposé et pourtant si similaire. Si l'un se qualifie de délicat et l'autre de brut. Il s'avère qu'ils demandent autant l'un que l'autre de la patience, du temps et de la passion.

 

Pourquoi la broderie ?  Un jour d'automne, je n'avais ni m'envie de lire, ni l'envie de tricoter. Je voulais un nouveau projet ! Mon pinterest regorgeait d'idée broderie, et le "et si j'essayais" est arrivé. Sous mes doigts, je tombais amoureuse de ces points avant-arrière, de simple point naissait les constellations peuplant le ciel.  Une passion était née lors d'une froide après-midi d'automne..

 

Pourquoi le bois ? J'ai un amoureux-bricoleur, ce n'est pas une espèce en voie de disparition, promis ! Il adore bricoler : des cuillères, des nichoirs, un poulailler, des étagères,.. et lors d'un projet scolaire, nous avions passé un super moment à fabriquer des animaux en bois. Alors un jour, je suis descendue dans son atelier et je lui ai dit "je veux travailler le bois avec toi". Il m'a alors expliqué ses machines, il m' aidé, conseillé, freiner parfois dans des projets irréalisable, encourager quand je perdais patience avec la machine, et de sa passion à lui naissait une passion à moi, travailler le bois reste un moment  à nous.

 

Mon processus créatif suit un schéma bien distinct, souvent identique. 

 

L'inspiration et la naissance d'une idée :

 

Tout est inspiration et inspirant, dès lors que j'ouvre les yeux sur ce qui m'entoure, mon regard capte, intercepte, s'émerveille et l'étincelle de magie jaillis dans un  coin de ma tête.

Vite un crayon ! Vite mon carnet !

 

L'inspiration vient de ce que je vois, de ce que je ressens. Je puise partout, je recherche tout, une phrase dans un livre, un film, une musique, la nature, la saison, la fête du moment, mes préférences, un dessin, une photo, une action, une broderie,... la copie existe évidemment, même si j'essaie un maximum de ressentir ce que je fais, de me l'approprier.. cependant je met un point d'honneur à citer un maximum mes sources.

 

Chaque idée est digne d'être schématisé, je parle de schéma car le dessin n'est pas mon point fort. Parfois je décris avec des mots parfois avec des traits. Le dessin est plus que nécessaire surtout en broderie quand il s'agit de différents plans.

Et le bois alors ? Un trait est toujours nécessaire, même si parfois il paraît obsolète au fur et à mesure que je dégrossis.

 

Mais dans les deux domaines ils arrivent, bien souvent, même après avoir travailler et retravailler le dessin, en arrivant à l'étape du commencement, me voir prendre une toute autre direction.

 

Les pieds dans le plat !

On est bon pour commencer le travail alors !

Pour la broderie je travaille souvent sur du coton non-traité, les mailles sont serrées, elles retiennent parfaitement les fils.

 

Pour le bois, je sélectionne uniquement des planches de récup. en suivant certains critères : pas de moisissures (évidemment) - pas trop abîmé (il est poncé ensuite donc quelques coûts ne sont pas si grave) et c'est tout ! Bon j'avoue que j'aime prendre les planches qui possèdent un nœud ou une différence de couleur même s'il c'est plus difficile à travailler.

 

 

 

Après avoir schématiser sur le tissu - à l'aide d'un marqueur spécial broderie qui s'efface au bout de quelques jours - je sélectionne les couleurs. Je travaille toujours avec 2 ou 4 brins en commençant par les contours puis le remplissage. Il est plus intéressant esthétiquement, de clôturer chaque élément et de refaire un nœud en commençant une forme un peu plus loin pour éviter de voir à travers de long fil traversant le travail.

 

 

 

 

 

 

Pour le bois, je dégrossis à la scie à chantourner électrique. J'essaie d'être le plus précis possible, même si un coup trop profond peut toujours être rectifier au moment du ponçage qui s'effectue à la machine (où à la main quand celle-ci tombe en panne --') et se termine toujours à la main avec un papier à poncer à grain fin.

 

 

 

La touche finale

 

Pour la broderie cela consiste à couper les petits fils et à terminer le projet : s'il s'agit d'une pochette, coudre la pochette - s'il s'agit d'un cercle de déco, coudre l'arrière avec un tissu de couleur.

 

Pour le bois, il reste encore un peu de travail. Après le ponçage de finition, je passe à la pyrogravure qui consiste à brûler le bois pour en faire ressortir des petits détails qui souligneront le projet. Un repetit coup de ponçage fin et place à l'étape du cirage à la cire d'abeille (maison svp :p) ! C'est l'étape que je préfère, les doigts enduit de cire on frotte, on caresse chaque coin et recoin de l'objet. Une odeur apaisante de miel se dégage et le travail est enfin fini.

 

 

Le mot de la fin ?

Vivre de sa passion n'est pas toujours facile, mais vivre sa passion, continuer à apprendre, à développer sa créativité, à essayer de nouvelles choses cela vaut souvent tout l'or du monde.

 

 

Please reload

Our Recent Posts

Please reload

Archive

Please reload

Tags